mise en forme étape 1

Mise en forme des données - Les différents points de vue

Dans un premier temps, nous avons choisi de rassembler les données qui concernent les présentations de cas et les interviews en quelques sous-groupes aux formes cohérentes pour en garantir la solidité scientifique.

L'analyse de cette partie des données permet ensuite l'extraction de résultats tout à fait intéressants. Ils situent les interventions d'art-thérapie proposées dans ces hôpitaux dans la tradition des sciences humaines.

Un prolongement de l'analyse des données est envisageable. Le matériel restant (observation du groupe de travail et rebondissements créateurs) pourraient être intégré dans une compréhension plus fine des situations "anormales" ou "qui sortent des profils émergents de la première analyse". Cet approfondissement augmenterait encore la validité du modèle que nous avons construit actuellement.
Pour préparer l'analyse des données, influencés probablement par notre sensibilité artistique, nous avons mis les textes en forme en les différenciant par des couleurs selon les points de vue utilisés par les praticiens, et ceci dans chaque description de séance qu'ils nous ont envoyé, voir l’exemple dans la page recherche du site. Ces points de vue que nous connaissions intuitivement de notre propre pratique deviennent des "catégories" de notre recherche, selon la Grounded Theory.

Le rose indique le point de vue inter-relationnel; le bleu le point de vue intra-psychique; le jaune le point de vue de l'émergence créatrice; le brun celui de la communauté et le vert celui du champ relationnel.

Cette attribution de points de vue aux différents passages des textes a été réalisée sur la base de la perception « d'attracteurs indiciels » dans les textes fournis par les praticiens.
Ces attracteurs indiciels nous sont apparus clairement au fil de l'analyse, nous avons dû les formaliser peu à peu, nous ne les imaginions pas au début, où notre sens clinique et notre intuition nous guidait.

Dans la catégorie de l'intra-psychique, les principaux attracteurs indiciels (ou codes, selon la terminologie de Paillé), sont: la présence de termes focalisés sur les affects, sur la pensée fantasmatique, sur le monde interne immatériel, sur la présence du verbe être, des  pronoms je, il, elle, ainsi que sur la présence de verbes exprimés de manière réflexive, telle que je me, il se, … 

Dans la catégorie relationnelle et systémique, les attracteurs indiciels principaux sont: des verbes de relation, la considération de personnes entières et réelles, les pronoms nous, il et elle, moi et lui, la présence de deux ou plusieurs personnes réelles dans le texte. 

Dans la catégorie de l'abord créatif des séances, les attracteurs indiciels principaux sont: les verbes être et faire, les différentes modalités du faire, des affects de beauté, d'émerveillement, d'attention esthétique, d'assouplissement de la maîtrise, des connotations sensorielles, la citation d'objets et des gestes autant que de personnes. 

Dans la catégorie du champ relationnel se retrouvent les attracteurs indiciels suivants: affects et fantasmes trans-subjectifs, l'ambiance de la situation, la présence de sujets humains et non-humains pouvant être considérés comme des personnages d'un monde, les sujets de verbe on et ça.

Dans la catégorie communautaire les attracteurs indiciels dominants sont: la présence du contexte de la situation, la culture, l'institution comme environnement global, les potentiels de la création concernant le groupe large, réel, autant que les partenaires relationnels présents. 

Dans la catégorie émergente de la recherche que nous nommons point de vue du phénomène, les attracteurs indiciels principaux sont: des descriptions d'événements, une certaine neutralité expressive, l'absence d'affects personnels, d'interprétation, d'imaginaire du thérapeute dans son texte, l'expression d'informations comme venant de la situation lorsque les mots "cela se passe" sont exprimés ou sous-entendus.

Chaque cotation a été faite par l'un des chercheurs puis a été vérifiée par l'équipe de recherche entière. Dans les cas de doute c'est l'interview avec les praticiens qui a permis de reconnaître le point de vue réellement pratiqué par lui. Ce n’est donc pas une quelconque réalité du vécu du patient qui compte, mais bien l’appréhension déployée par le thérapeute. 

Par ce lien sur les descriptions des séances, vous pouvez explorer la manière d'aborder le matériel. Le bleu représente donc une modalité d'appréhension centrée sur l'intra psychique, le jaune une appréhension axée sur l'émergence créatrice, le rose sur l'interrelationnel et le jaune-rose, par exemple de point de vue mixte, indique une modalité dirigée à la fois sur l'émergence créatrice et sur l'interrelation.

Suite à la coloration de tous les textes reçus, afin de nous extraire du niveau du matériel descriptif de base brute et pour avancer dans leur modélisation, nous avons quitté le domaine verbal pour transférer les données de chaque cas, de chaque praticien, dans une formule graphique visuelle et mathématique. Nous l’avons fait en comptant le nombre de lettres du texte appartenant aux passages de chaque couleur. La différences de quantité de matériel linguistique entre l’allemand et le français à été corrigé en réalisant les calculs sur les pourcentages des rapports entre chaque couleur et non sur le nombre de signe, ce qui aurait pu introduire des erreurs entre les textes allemands et les textes français.

Il nous a semblé primordial dans cette première étape de recherche d'aboutir à une présentation relativement quantifiée des données qualitatives pour atteindre une modélisation fiable des résultats.  Ici vous avez accès, à titre d’exemple, au tableau des séances du praticien 3. Nous voyons que ce praticien a développé dans cette rencontre thérapeutique des modalités d'attention à dominante inter-relationnelle et d'émergence créatrice avec une présence importante du point de vue intra-psychique. 

Après avoir mis en tableau les présentations des séances de chaque praticien, nous avons fait la même opération pour l'ensemble des présentations de séances de la recherche. Des cinq points de vue imaginés au départ, nous nous sommes retrouvés finalement avec 23 différents points de vue dans les 30 présentations de séance. Certains étaient purs et d'autres mixtes. voir ce tableau.

Pour faciliter la réflexion et la présentation des résultats finaux, nous avons finalement rassemblé les données du tableau général en un dernier tableau. Celui-ci synthétise et rassemble les 23 points de vue en 6 points de vue principaux. Les points de vue mixtes ont été attribués aux deux vertex dont ils sont l'expression.
Nous avons enfin un tableau comparatif qui montre comment les différents praticiens ont fait un usage différent des 6 points de vue principaux.